La Préhistoire du Mans

La Préhistoire du Mans

I / la préhistoire en Pays Manceau

Si le passé du Mans, est relativement bien illustré par d'abondants témoins de l'Antiquité et des époques plus tardives, on est moins renseigné sur les périodes préhistoriques et protohistoriques. Pour les époques anciennes, la topographie du Pays Manceau a joué un rôle déterminant dans le choix des implantations humaines. Les archéologues ont surtout retenus dans leur champ de vision le c?ur historique de la ville. Bâtie sur la Butte du Vieux Mans, la vieille cité passe pour receler en son sous-sol, des traces remontant à la première ville, d'époque gauloise. On sait néanmoins, par quelques rares mentions et vestiges, que des populations ont à des époques plus anciennes, fréquentées les hauteurs du Vieux Mans. Les plus anciennes traces attestées, remontent à l'époque Néolithique. Dans le voisinage de la cathédrale Saint Julien, un dolmen aux dimensions importantes - Petra lata (la Pierre au Lait)- détruit au XVIIIe siècle, un menhir christianisé au Ve s toujours visible, des trouvailles isolées de haches polies dans la vieille ville, et le réemplois de polissoirs (Vieux Mans, et quartier du Pré), plaident pour une présence humaine importante à cette période.

Ci dessus : Menhir au pied de la cathédrale Saint Julien.

La période Néolithique est donc bien attestée sur Le Mans. Pour autant, que pouvait-on dire sur des présences humaines antérieures? Longtemps, la question des occupations préhistoriques en Pays Manceau est restée sans réponse. Malgré le passage de quelques grands érudits entre les XIXe et XXe siècles, comme le renommé Gatien Chaplain-Duparc (1819-1888), dont Le Mans était entre autre sa patrie. Malgré le développement des opérations de l'archéologie préventive, la préhistoire restait, une page blanche. Pourtant, ça et là, quelques découvertes eurent lieu sans attirer l'attention des archéologues. Dans le quartier de la Madeleine, l'exploitation de ballast livra fortuitement les ossements d'éléphantidés. Dans le quartier de l'Angevinière, un amateur éclairé, Eugène-Ernest Simon (1871-1967), découvrit en 1936, dans une carrière de graviers exploitant les alluvions anciennes de la Sarthe, un racloir sur éclat (déposé aux Musées du Mans). Ce dernier élément, était le tout premier objet Paléolithique recueilli au Mans.

Dans le voisinage de la cité Mancelle, les anciennes terrasses de la Sarthe, exploitées entre Allonnes et Spay, offraient d?intéressantes coupes stratigraphiques dans ces formations quaternaires. Sur la Commune d'Allonnes, au lieu-dit Les Brosses, Robert Humbert recueilli en 1979, dans une coupe de ballastière, un racloir sur éclat du Moustérien.

Ci dessus : racloir moustérien recueilli à Allonnes, dans une carrière exploitant la moyenne terrasse de la Sarthe.



22/02/2006
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres