La Préhistoire du Mans

La Préhistoire du Mans

II / Typologie de l'industrie lithique

Le silex issu des formations turonniennes abondant sur le Plateau de Rouillon, fut intensément exploité, les hommes cherchant un matériau d'appoint efficace bien que de qualité inégale. Le site de Château-Gaillard, et ses témoignages archéologiques ont pu être daté du Paléolithique Moyen, et plus précisément attribués à la culture Moustérienne. Cette culture touche l'ensemble de l'Europe et de l'Asie entre 250 000ans, jusque vers 35 000 ans, où le Moustérien cède place aux cultures qui marqueront le Paléolithique Supérieur.

Ci dessus : vue ventrale d'un éclat en silex du Plateau de Rouillon.

Toutefois, l'immensité de la période Moustérienne, n'implique sur la durée l'immuabilité des faciès typo-technologiques des industries lithiques. Suivant les régions, les matériaux, les us et coutûmes des Néandertaliens, et suivant les périodes, les industries lithiques présentent des évolutions, des caractéristiques propres, parfois régionales. La série lithique recueillie sur le site du Domaine de Beauregard semble homogène, et présente toujours les mêmes éléments.

Ci-dessus : Grand éclat d'épannelage (16cm), d'autres de dimensions plus importantes, montrent la taille importante des rognons de silex.

L'industrie lithique de Château-Gaillard est caractérisée par une quasi absence de bifaces, ou de pièces bifaciales. Sur les milliers d'éléments recueillis (environ 10 000 silex), seul un fragment de biface en silex local a pu être identifié. La présence de cet élément montre que la taille, et l'emploi du biface était connu du groupe. Les outils "terminés" sont également très rare, on compte deux pointes moustériennes en silex importé, deux racloirs convexes latéraux en silex local. Les autres outils sont eux-aussi terminés, dans le sens où ils ont pu servir, mais ils n'offrent pas le même soin en finition. L'immense majorité de ces outils sont en silex local.Le faciès lithique de Château-Gaillard, est dominé par l'abondance de racloirs sur éclats, levallois ou non, frustes très souvent, très élaborés plu rarement. Un simple éclat avec quelques retouches d'utilisations, ou au mieux présentant des enlèvements, fait l'affaire. L'outillage des Castelgaillardiens semble fruste, peu élaboré, et destiné surtout à un usage bref dans le temps. Ces particularités sont dûes à l'omniprésence du silex sur place, et à une fréquentation épisodique des lieux.

Ci dessus : éclat utilisé en racloir (silex local), un des outils les plus fréquents du site



21/02/2006
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres